Les problèmes cardio-vasculaires sont un enjeu de société. Aujourd’hui, l’approche préventive par l’alimentation et les compléments alimentaires est préférée, avec 84% des praticiens qui disent donner priorité à une médecine intégrative qui, par exemple, traite les causes fondamentales plutôt que les symptômes. Ainsi, le traitement de l’hypercholestérolémie constitue une approche préventive des risques cardiovasculaires.

Actuellement, les statines, sous forme de médicament, ou sous forme de compléments alimentaires (monacholine K, ou levure rouge de riz) sont largement utilisées pour réduire le taux de cholestérol, non sans effets secondaires indésirables. Ainsi, l’EFSA (Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire) a rendu récemment un avis faisant état de ses préoccupations sur les effets néfastes pour la santé lors de l’utilisation de compléments alimentaires à base de monacholine K. Il y a donc urgence à développer et à proposer des solutions naturelles alternatives.

Les entreprises de la Région Wallonne avec le soutien du Pôle de compétitivité de l’agro-alimentaire WAGRALIM, ont une expertise reconnue dans le secteur des compléments alimentaires et vont donc saisir l’opportunité de marché qui s’ouvre dans ces circonstances pour accroitre leurs parts de marché.

Dans ce contexte, le projet CASH (pour Chromophores Actifs en Santé Humaine – Développement de nouveaux procédés de bio-optimisation des propriétés anticholestérol et anti-inflammatoires de substances chromophores extraites de plantes et de micro-algues) a pour objectif le développement de nouveaux compléments alimentaires à base de Citrus et d’algues bleues de la famille des Cyanophyceae, (la plus connue étant la spiruline) reconnus pour leurs effets hypocholestérolémiants et anti-inflammatoires pour lutter contre les risques cardio-vasculaires liés à l’athérosclérose.

Une collaboration internationale entre entreprises et centres de recherche a été mise en place pour répondre à ce challenge. Ainsi, l’Université de Liège, l’Université de Louvain-La-Neuve et l’Institut Charles Viollette de l’Université de Lille soutiendront par leurs expertises respectives le projet des entreprises wallonnes, le Laboratoires Tilman et le Laboratoires Biores. Ces derniers ont identifié des substrats naturels actifs et propose de les transformer par hydrolyse enzymatique ou par fermentation afin de les bio-optimiser pour les rendre plus efficaces, en améliorant leur bio-disponibilité.

En effet, plusieurs études ont démontré sur des extraits naturels que des biotransformations telles que la fermentation augmentaient la valeur nutritionnelle du substrat tout en augmentant son activité.

Enfin, clef de voûte du projet, les effets des compléments alimentaires seront attestés par une étude clinique multi-centrée en double aveugle coordonnée par le Centre d’Investigation Clinique en Nutrition de l’Université Catholique de Louvain.

Consortium

charles-violette